La montagne, la vraie!

Après le requinquage d’hier, j’ai attaqué le Portet d’Aspet remotivé!
Je m’arrête après 30 min au premier bistrot. Quel accueil encore! J’ai droit au Smecta, au coca, au café, au cake et à la tarte au citron. J’ai insisté pour pas prendre de fruit! La patronne est vraiment sympa, je passe un très bon moment avec deux « pélerineurs ».
C’est pas le tout mais j’ai 3km à presque 10% à suivre!
Je suis les conseils du patron du camping et monte à un rythme qui me convient mieux. J’arrive en haut en croisant la tenancière du bar et les deux marcheurs, on se souhaite mutuellement bon courage!
Je coupe par le col d’Ares ensuite, pas si facile que cela et rejoint Bagnères de Luchon en fin de matinée. Je me pose 2h, je rencontre le velociste le plus bavard du monde et prends deux autres Smecta. Il me confie un autocollant à refiler au gars de la guérite en haut du col, j’accepte, forcément… Ils ont fait le même lycée et à la réunion des anciens il a récupéré des stickers avec l’emblème : une main tient le lycée symbolisé par ses quatres tours de défense anti aérienne dans chaque coin. J’étais venu faire regonfler mon velo à la base, va pour les anecdotes…
Il me reste alors à monter le Peyresourde, col dit « facile » par ici. Et en effet c’est long, 14km, mais pas très pentu. Je monte les 800m assez bien, j’accélère même un peu vu que c’est mon dernier col. 1h30 après, je donne l’autocollant et paye la bière plein tarif, grrr. Pas de tarte au citron ici…
Je redescend pleine balle jusqu’au camping d’Aurrein, avec la pluie… Arrivé ici cela s’arrête et on a été épargné par les orages cette fois ci.
Soirée un peu glauque, pas grand chose d’ouvert. Mon voisin de camping est de Concarneau et fais de la moto en circuit, cela termine bien la journée!
Demain Aspin et Tourmalet, YEAH!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *